Objets connectés : Catastrophe écologique ?

Objets connectés Catastrophe écologique

Montre connectée, télévision connectée, domotique sont autant de preuves que les objets connectés sont dorénavant entrés dans notre quotidien. Une telle présence des objets connectés implique de nombreuses conséquences dont la portée énergétique et écologique suscite de nombreuses interrogations. Qu’est-ce qu’un objet connecté ? Quelle en est l’utilité et quel impact a-t-il sur la facture énergétique ? Dans cet article vous trouverez des éléments de réponse à ces interrogations légitimes.

Qu’est-ce qu’un objet connecté ?

On entend de plus en plus parler d’objets connectés, mais c’est un terme qu’il n’est pas facile de définir. On pourrait l’appréhender en disant qu’il s’agit d’un objet qui communique et sert à communiquer. Encore appelé Internet of Things (IoT), il désigne un ensemble de réseaux visant à entraîner une interaction entre un objet virtuel et le monde physique à travers un système sans fil. Un objet connecté peut donc être un dispositif communiquant et servant à communiquer avec un smartphone, une montre, une télévision, un ordinateur.


Historique des objets connectés

Historique des objets connectés

Dès 2003, la société Violet de Rafi Haladjian va mettre au point une lampe connectée. Premier objet du genre, cette lampe avait la particularité de transmettre des informations grâce à un code de couleurs. Ainsi selon qu’il s’agisse d’un événement boursier, d’une alerte météo, d’une actualité elle envoyait un message de couleur.

En 2005, Karotz débarque chez Violet toujours. Cette fois, il s’agit d’une sorte de lapin humanoïde capable de transmettre par audio un mail ou de la musique. Dès 2010, Rafi crée Sen.se. Cette nouvelle boîte a pour mission de créer davantage d’objets connectés capables de s’imbriquer dans le quotidien des utilisateurs et de collecter des données.

Avec Mother en 2014, c’est la concrétisation des travaux de Sen.se. En effet, Mother est un objet connecté de portée universelle en ce sens qu’il devrait être en mesure de mettre en connexion des objets connectés. Ça va être le début de l’expansion des objets connectés.

 

Un marché en pleine expansion

Le marché des objets connectés est en constante croissance. D’après de nombreux sondages, le nombre de familles disposant d’objets connectés est assez élevé se rapprochant de plus en plus du taux de pénétration de la téléphonie mobile. On note donc une véritable adoption des objets connectés par les ménages et les individus. Les objets connectés, c’est un chiffre d’affaires annuel excédant largement 300 millions $ par an. Les acteurs du secteur sont de plus en plus nombreux entraînant une forte concurrence et des objets connectés dont les prix connaissent une certaine baisse.

Si, au départ, grâce notamment aux multiples campagnes de crowdfunding les objets connectés étaient l’apanage des start-ups, de plus en plus de grands groupes ont fait leur entrée dans le secteur. On note ainsi des géants de la technologie tels que Google, Apple et le Sud-Coréen Samsung. Un tel engouement pour les objets connectés justifie la multitude d’objets qui voient le jour et qui n’ont pas fini de s’insérer dans nos quotidiens. Avec des domaines d’application de plus en plus large, rien ne semble pouvoir arrêter la révolution des objets connectés. Et pour cause, ils sont présents partout.

 

Différentes utilisations des objets connectés

Top Applications pour piloter un drone

Les objets connectés ont des applications dans des domaines variés. Ainsi, en médecine, vous pouvez connaître votre rythme cardiaque. Dans le transport, la voiture connectée sera sans aucun doute adoptée par un grand nombre de personnes en raison des nombreuses avancées qu’elle permettrait d’effectuer en matière de sécurité routière notamment.

Dans le secteur de la livraison, les livraisons par drone pourraient être la prochaine innovation. La domotique permet à la maison de devenir un véritable environnement connecté. Il est désormais possible de contrôler votre maison à distance afin d’en assurer la sécurité ou de varier la température. Dans le domaine agricole, les objets connectés facilitent la détermination d’informations relatives au climat, aux cultures ou la dissémination des engrais à distance, la surveillance du bétail grâce aux colliers connectés.

 

Objets connectés et facture énergétique

Si leur utilité ne fait aucun doute, les objets connectés ont un coût énergétique assez important et par ricochet un fort impact écologique. Le rôle du numérique dans le réchauffement climatique a fait l’objet de nombreuses discussions.

La particularité commune des objets connectés est sans aucun doute une autonomie à la limite du ridicule. Ces objets ont constamment besoin d’une charge ce qui les rend très gourmands en énergie. Sur une longue période, cette charge constante peut devenir un véritable poids économique et les conséquences seront lourdes pour ceux qui ont un grand nombre d’objets connectés.

Étant constamment à la quête de données, les objets connectés sont tout le temps actif ce qui en fait des objets énergivores. Laisser en veille, ils continuent à puiser de l’énergie puisqu’ils doivent être connectés au réseau pour fonctionner. C’est donc un gouffre énergétique qui s’ouvre pour les utilisateurs d’objet connecté. L’alimentation électrique est un aspect souvent négligé par les utilisateurs alors qu’il est assez important.

Au niveau des maisons, l’impact peut être énorme si on prend en compte les autres objets qui consomment déjà davantage d’énergie, mais à l’échelle d’une entreprise ou d’une industrie, le coût est encore plus élevé. Au plan écologique, le résultat ne fait aucun doute. Avec une perspective de plus de 80 milliards d’objets connectés dans les prochaines décennies, il urge de prendre des mesures pour contenir un futur défi mondial.

 

Solution face à une consommation énergétique importante

Solution face à une consommation énergétique importante

Selon lemediavert, la responsabilité est partagée aussi bien entre l’utilisateur que les concepteurs de l’objet connecté. Si ceux-ci devaient revoir l’autonomie de leurs appareils au risque d’assister à un abandon en masse des objets connectés, les utilisateurs devraient adopter des comportements qui garantiraient une économie énergétique.

Les fabricants pourraient par exemple espacer les périodes de transmission des données. Un autre aspect serait la réduction du nombre de capteurs au strict nécessaire. Les utilisateurs au lieu de mettre les appareils en veille pourraient tout simplement éteindre. Utiliser des appareils qui ne consomment pas beaucoup d’énergie passe par un bon choix de ces derniers.

Il est important de savoir choisir des objets connectés. Une chose est d’avoir un objet connecté et une autre est de pouvoir s’en servir tout en économisant de l’énergie. Pour y arriver, certains objets connectés offrent l’avantage de déterminer le coût de l’énergie et d’avoir une consommation optimale.

La newsletter à lire absolument!

Découvrez avant tout le monde les dernières nouveautés